Accueil Business Capital-investissement marocain : Les records s’enchaînent !

Capital-investissement marocain : Les records s’enchaînent !

Les capitaux levés par les sociétés de gestion au titre de l’exercice 2023 enregistrent un montant record de 3,009 milliards de dirhams (MMDH), a indiqué jeudi à Casablanca, le président de l’Association Marocaine des Investisseurs en Capital (AMIC), Hatim Ben Ahmed.

Les levées de fonds atteignent un montant global de 9,879 MMDH sur la période de 2018 – 2023 soit plus du double des fonds levés sur la période 2012 – 2017, a souligné Ben Ahmed lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation du Rapport d’Activité 2023 des acteurs marocains du capital investissement.

Had l3otla, @Samia_akariou twe7chat Oujda w nawa7i 🤩

Dans le détail, les fonds transrégionaux accaparent 78% des levées pour le Maroc depuis 2012 et adoptent majoritairement une forme juridique étrangère pour des raisons liées notamment aux contraintes de change et de fiscalité.

Les fonds locaux, représentant 22% sur la même période (en valeur), privilégient les véhicules juridiques marocains et plus particulièrement la forme d’Organismes de Placement Collectif en Capital (OPCC).

Les organismes de développement internationaux et les banques/sociétés de gestion d’actifs, quant à eux, représentent près de 70% des levées de fonds entre 2018 et 2023 avec respectivement 44% et 25% des montants levés.

Après une baisse de la part des investisseurs marocains entre la première et la troisième génération de fonds (de 73% entre 2000 et 2005 à 25% entre 2012 et 2016), les capitaux levés auprès des investisseurs marocains enregistrent une hausse marquée entre 2018 et 2023, représentant ainsi 45% des levées totales de fonds sur la période.

En 2023, un deuxième record a été enregistré au niveau des investissements qui ont atteint 2,542 MMDH. Ces investissements ont été réalisés par 12 sociétés de gestion et concernent 25 nouvelles entreprises investies et 16 réinvestissements.

La plupart des fonds sont généralistes, à l’exception de quelques fonds thématiques. Le secteur des services est en hausse continue depuis la première génération de fonds, passant de 18% entre 2000 et 2005 à 41% entre 2018 et 2023. Les secteurs de la santé et de l’éducation ont connu une forte croissance ces dernières années.

Sur le plan régional, près de 74% des investissements ont été réalisés dans la région de Casablanca-Settat, suivie par Rabat-Salé-Kenitra (10%), Fès-Meknès (5%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (4%) et les autres régions (7%).

À fin 2023, les investissements en Capital Amorçage et Risque représentent 36% des investissements réalisés en nombre et 7% en valeur. Leurs parts sont passées de 26% sur la période 2006 – 2011 à 53% sur la période 2018 – 2023 (en nombre).

Au niveau des tickets d’investissement, il a été constaté une augmentation du nombre de transactions de moins de 20 millions de dirhams (MDH) entre la 3ème et la 4ème génération de fonds, grâce aux nouveaux fonds dédiés au financement de l’innovation et des startups en phase d’amorçage et de démarrage d’activité.

La taille des fonds a permis de doubler, sur deux générations, les tickets moyens d’investissements pour le développement et la transmission passant de 52 MDH (2012 – 2017) à 117 MDH (2018 – 2023). Le ticket moyen pour les entreprises en phase d’amorçage/risque est d’environ 7 MDH sur la période 2018 – 2023.

Par ailleurs, l’exercice 2023 a été marquée par 12 actes de désinvestissement, les sorties atteignant 1,012 MMDH. Avec 4,622 MMDH, le montant des sorties effectuées ces 6 dernières années (2018 – 2023) est bien plus important que le montant enregistré lors de la période précédente 2012 – 2017 (1,983 MMDH).

A fin 2023, les fonds ont réalisé 161 actes de désinvestissement. En valeur, les sorties sur le marché secondaire représentent 36% des montants désinvestis, suivies des sorties auprès des industriels qui enregistrent 25%, puis des sorties auprès du management/actionnaires historique qui affichent 20%.

Ces sorties secondaires ne se font pas seulement auprès des fonds marocains mais aussi des fonds étrangers qui affichent un intérêt croissant pour l’investissement au Maroc.

Côté performance, le taux de rentabilité interne (TRI) brut moyen calculé sur la base de 111 cessions effectives s’est situé à 12% sur la période allant de 2000 à 2023. Le multiple global du secteur est de 1,9 (1,4 pour l’amorçage/risque – 2,3 pour le développement et 1,8 pour la transmission).

La durée moyenne de détention des participations est de 5,8 ans. Les secteurs de la santé, des services et de la construction affichent les TRI les plus élevés avec respectivement 24%, 15% et 14%.

Cette étude est réalisée pour la 16ème année consécutive par le Cabinet Grant Thornton sous la houlette de la Commission Etudes & Statistiques de l’AMIC présidée par Hassan Laaziri, membre du Conseil d’Administration de l’association.

Le rapport d’activité 2023 couvre un périmètre de 24 sociétés de gestion et 47 fonds sous-gestion (23 actifs, les autres en phase de désinvestissement ou désinvestis), et représente ainsi la quasi-totalité des sociétés de gestion ayant un bureau au Maroc.

L’AMIC regroupe la majorité des structures de Capital Investissement (Capital Risque, Capital Développement, Capital Transmission / LBO, Capital Retournement) installées au Maroc. Actionnaires professionnels, les 31 membres actifs de l’association accompagnent et financent la croissance de plus de 280 entreprises marocaines.

L’Association compte également 29 membres associés représentant les métiers qui accompagnent et conseillent les investisseurs et les entrepreneurs dans le montage et la gestion de leurs partenariats.

Quitter la version mobile