25.2 C
Casablanca
dimanche 21 juillet 2024

CGEM. Les 4 priorités pour le binôme Alj-Tazi

À lire aussi

Le binôme Chakib Alj-Mehdi Tazi, respectivement président et vice-président général de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), et candidats uniques à un second mandat, a présenté, jeudi à Casablanca, son programme pour la mandature 2023-2026.

C’est dans le cadre d’une conférence de presse que les deux candidats aux élections à la présidence de la Confédération ont dévoilé leur programme, décliné en 4 axes et placé sous le signe « Libérer les énergies pour une croissance durable et inclusive ».

Voici les principaux axes contenus dans programme 2023-2026 intitulé « Libérer les énergies pour une croissance durable et inclusive », tels que présentés par le binôme Chakib Alj et Mehdi Tazi, respectivement président et vice-président général de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), et candidats uniques à un second mandat :

I – Améliorer le climat des affaires:

– Accompagnement de la mise en œuvre de la charte d’investissement et de l’activation du Fonds Mohammed VI pour l’Investissement;

– Simplification de l’acte d’entreprendre, via la revue des procédures administratives et judiciaires applicables;

– Amélioration de la compétitivité des facteurs de production, notamment l’accès et le coût du foncier et la compétitivité logistique;

– Lutte contre la concurrence déloyale, alimentée par les pratiques informelles et de corruption.

II – Libérer et développer le capital humain :

– Réforme du système de la formation professionnelle, avec une revue du cadre institutionnel et réglementaire (loi 60-17), et via une réforme de la gouvernance;

– Évolution de la législation de travail, en alignement avec les engagements de l’Accord Social 2022, avec en priorité la promulgation de la loi sur l’exercice du droit de grève, et la réforme du code du travail;

– Accompagnement des chantiers sociaux d’envergure comme la généralisation de la protection sociale et réforme des retraites;

– Rapprochement du monde académique et de l’entreprise.

III -Œuvrer à l’inclusion économique, sociale et territoriale :

– Encouragement à l’investissement et l’emploi dans les régions, via une plus forte promotion des dispositifs d’accompagnement existants;

– Accompagnement au développement de l’entrepreneuriat et des TPMEs, avec la mise en œuvre d’un Small Business Act;

– Sensibilisation à la responsabilité sociétale des entreprises, avec une mise à l’échelle du label RSE (accessibilité aux TPME, reconnaissance internationale);

– Promotion de l’égalité des chances en milieu professionnel et autonomisation économique des femmes;

– Promotion des bonnes pratiques d’éthique et de gouvernance.

IV – Préparer l’économie de demain :

– Accompagnement à la décarbonation via la revue du cadre réglementaire et la mise à disposition de différents outils (évaluation des émissions, guides et formations);

– Promotion des pratiques d’efficacité énergétique et hydrique;

– Soutien au développement de la mobilité électrique;

– Encouragement à l’innovation et R&D, notamment industriels, via la promotion du programme TATWIR R&D et Innovation et son élargissement;

– Soutien au développement d’un écosystème Tech;

– Accompagnement à la transformation digitale des entreprises.

- Advertisement -

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img

À lire aussi