25.2 C
Casablanca
dimanche 21 juillet 2024

Climat des affaires : 74% des patrons le jugent « normal »

À lire aussi

Le climat des affaires s’est encore amélioré au troisième trimestre de l’année en cours, selon les patrons. Il est, en effet, qualifié de normal par 74% des chefs d’entreprises et de défavorable par 19% d’entre eux, contre 72% et 20% respectivement un trimestre plus tôt, selon les résultats de l’édition trimestrielle de l’enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib (BAM).

Les résultats détaillés de l’enquête de BAM révèlent que les conditions de production sont caractérisées par un approvisionnement en matières premières jugé « normal » par 79% des industriels, tandis que 21% le trouvent « difficile. » Les principaux obstacles au développement de la production, tels qu’identifiés par les dirigeants d’entreprise interrogés, sont les coûts élevés des intrants, l’accentuation de la concurrence, en particulier celle du secteur informel, et l’insuffisance de la demande.

Le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques, Mohcine Jazouli, a indiqué à la Chambre des représentants que la nouvelle stratégie nationale d’encouragement de l’investissement privé commence à porter ses fruits, avec une plus grande équité territoriale et une amélioration du climat des affaires. Depuis la mise en œuvre des premières mesures de soutien prévues par la Charte de l’investissement, plus de deux tiers des primes accordées l’ont été pour des projets en dehors de l’axe Tanger-El Jadida.

En ce qui concerne les effectifs employés, 61% des chefs d’entreprise indiquent qu’ils stagnent, tandis que 27% signalent une baisse. Pour les trois prochains mois, 53% des industriels prévoient une stagnation des effectifs, 28% anticipent une réduction, et 19% envisagent une augmentation. Les coûts unitaires de production sont en hausse pour 42% des industriels, tandis que 46% déclarent une stagnation.

L’enquête de conjoncture de BAM révèle également que 74% des dirigeants d’entreprise qualifient la situation de trésorerie de « normale, » tandis que 21% la jugent « difficile. » L’accès au financement bancaire est considéré « normal » par 80% des chefs d’entreprise, mais 19% le trouvent « difficile. » Le coût du crédit est en hausse pour 27% des industriels, tandis que 68% constatent une stagnation.

En ce qui concerne les dépenses d’investissement, 59% des entreprises signalent une stagnation, tandis que 27% d’entre elles indiquent une augmentation. Ces investissements ont été financés à hauteur de 83% sur fonds propres et 17% par crédit.

- Advertisement -

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img

À lire aussi