20.4 C
Casablanca
jeudi 20 juin 2024

Financement durable : Les recommandations du groupe d’experts de haut niveau de l’UE

À lire aussi

La Commission européenne a publié le rapport final de son groupe d’experts de haut niveau dédié à l’accélération des financements durables dans les pays à revenu faible et intermédiaire, dit « HLEG ». L’événement s’est tenu à Bruxelles, la semaine dernière. La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, était présente, aux côtés de Jutta Urpilainen, Commissaire aux Partenariats Internationaux à la Commission européenne.

Dans un contexte général où les enjeux liés au développement durable se sont fortement accrus, les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) se retrouvent souvent en première ligne et la nécessité d’injecter massivement des investissements durables pour réaliser une transition dans divers secteurs est devenue une priorité. À cet égard, le Groupe a eu pour mission de formuler des recommandations afin de concevoir des actions transformatrices que l’Union Européenne peut entreprendre pour consolider le financement des projets durables dans les pays partenaires, avec une emphase particulière sur les pays voisins. 

Le rapport énonce dix recommandations marquantes, parmi lesquelles :  

  • Le développement par l’Union européenne d’un nouveau modèle d’engagement stratégique avec les PRFI basé sur un dialogue politique, économique, social, commercial et réglementaire de haut niveau, réunissant l’UE, la BEI, les institutions financières de développement, ainsi que les investisseurs et les entreprises de l’UE. Ce dialogue devrait couvrir les réformes réglementaires nécessaires pour débloquer les investissements privés avec un fort impact développemental  pour les pays partenaires.
  • L’optimisation du soutien financier aux pays partenaires en associant l’offre d’aide financière de  la Commission européenne au dialogue de haut niveau sur la finance et l’investissement durables. Renforcer également la flexibilité de son soutien externe et sélectionner les instruments budgétaires les plus efficaces pour attirer les capitaux privés adaptés à chaque contexte.
  • La création d’une plateforme numérique unique de l’UE pour gérer de manière cohérente les projets durables dans les PRFI, assurant ainsi une coordination efficace tout au long de leur cycle de vie. Cette plateforme faciliterait l’accès et la participation des acteurs clés, ainsi que l’utilisation des instruments de l’UE pour renforcer l’action collective. Elle servirait de point central pour toutes les parties prenantes et fournirait des informations transparentes sur la durabilité des projets.
  • L’appel aux banques multilatérales de développement à repenser leur façon de fonctionner pour mieux mobiliser le secteur privé en faveur des ODD, notamment pour lutter contre le changement climatique. De plus, la Commission européenne devrait inciter les États membres de l’UE à réévaluer et à réformer les stratégies de leurs institutions bilatérales de financement du développement pour créer plus d’opportunités d’investissement pour le secteur privé.

En somme, dans un contexte de contraintes sur les fonds publics et de limites aux financements concessionnels, le HLEG recommande des solutions concrètes, dans une perspective bénéfique pour toutes les parties, et alimente le débat sur la manière de mobiliser davantage de financements privés pour le développement durable dans les pays partenaires.

Côté marocain, le directeur général d’Ithmar Capital, Obaid Amrane, avait été désigné pour faire partie du groupe d’experts, qui est composé de 20 membres mandatés par la Commission européenne. Il a pris part aux sessions de travail qui se sont étalées sur 18 mois, comme il l’indique dans une publication LinkedIn.

Screenshot

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img
spot_img

À lire aussi