20.2 C
Casablanca
jeudi 20 juin 2024

Hilale décline les grands axes de la diplomatie royale devant les étudiants de la « London School of Economics »

À lire aussi

L’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale était mardi l’invité d’honneur d’une conférence organisée par la London School of Economics (LSE) et lors de laquelle le diplomate a décliné les grands axes de la diplomatie du Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI.

Dans le cadre de cette conférence universitaire tenue à l’initiative de la “LSE Moroccan Society” et le “LSESU United Nations”, Hilale a fait une présentation complète sur la diplomatie ancestrale du Royaume, ancrée dans une longue histoire de liens diplomatiques, depuis plus de six siècles, avec plusieurs pays du monde.

A cet égard, il a évoqué l’ambassadeur chérifien Abdelhamid Benmassoud, premier ambassadeur du Maroc auprès de la Reine Elizabeth I d’Angleterre, en 1600. Il s’est également penché sur la diplomatie moderne du Maroc au 21è siècle et sur le rôle que joue le Royaume en faveur du multilatéralisme dans ses différentes dimensions.

Dans ce contexte, il a illustré par des exemples d’accords et de traités que le Maroc consolide avec ses partenaires, capitalisant sur son histoire, sur la modération de sa diplomatie et sur sa position stratégique entre l’Afrique, la région MENA et l’Europe.

Rappelant le premier traité de paix et d’amitié maroco-américain, que la jeune nation américaine avait signé avec le Royaume en 1777, immédiatement après la reconnaissance des Etats Unies d’Amérique par le Maroc, l’ambassadeur a également évoqué la coopération stratégique qui lie le Royaume avec les pays frères en Afrique, à travers plus de 1.000 accords signés, grâce à la stratégie de coopération solidaire initiée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en faveur du continent africain.

Il a également relevé le statut avancé avec l’Union européenne et l’alliance solide et fiable dont jouit le Royaume avec les pays arabes et islamiques, ajoutant que le Maroc a également matérialisé son ouverture sur les continents asiatique et américain, à travers un large réseau diplomatique et des liens d’amitié et de coopération, qui illustre le rayonnement culturel, civilisationnel et économique du Royaume.

En ce qui concerne la dimension africaine de la politique étrangère du Maroc, M. Hilale a souligné : « En tant que pays africain, le Maroc a toujours ancré ses relations dans une politique de coopération Sud-Sud avec les pays africains, fondée sur l’attachement historique et engagée dans le développement socio-économique du continent ».

Il a, en outre, noté que le chemin vers le progrès de l’Afrique commence impérativement par la paix et la sécurité, mais dépend également d’un développement économique et social durable: capitalisation sur la jeunesse, structuration de projets socioéconomiques, création de nouveaux modèles de croissance et de développement, valorisation des ressources naturelles, une coopération Sud-Sud active et efficace et l’accélération de l’intégration régionale.

S’agissant des priorités du Maroc à l’ONU en matière de développement durable, l’ambassadeur a signalé que « le Maroc, sous la direction éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, est fort de sa conviction en faveur des enjeux pluridisciplinaires de l’action pour le climat, de la transition énergétique et de la sécurité alimentaire », soulignant l’importance de préparer la prochaine génération de décideurs à s’impliquer activement dans cette trajectoire de développement.

Par ailleurs, le diplomate a indiqué que le Royaume a été le premier pays africain à participer aux opérations de maintien de la Paix (OMP) des Nations Unies, et s’est investi depuis 1960 dans le maintien et la consolidation de la paix et la sécurité, en contribuant à plusieurs OMP dans les quatre continents.

« Le Maroc figure parmi les 12 principaux pays contributeurs de troupes et de police dans le monde. Dans ce contexte, la Mission permanente du Maroc à New York agit également en tant que coordinateur du Groupe des pays non alignés pour les opérations de maintien de la paix, qui est le plus grand contributeur au maintien de la paix de l’ONU”, a-t-il ajouté.

Le diplomate marocain a eu un échange riche avec les étudiants de la LSE sur divers sujets, notamment en ce qui concerne la diplomatie économique du Royaume, l’intégrité territoriale et le plan d’autonomie au Sahara marocain, ainsi que la “soft diplomacy” à travers le vecteur du sport, en particulier dans le contexte de la performance historique de la sélection marocaine de football qui a marqué la Coupe du monde au Qatar en 2022.

La LSE Moroccan Society est un club d’étudiants qui vise à sensibiliser aux questions politique, économique et sociale du Maroc, conjointement avec la LSESU United Nations Society, qui est un centre de discussions multilatérales constitué par les étudiants LES au sein de leur campus universitaire.

A travers ces deux plateformes, les étudiants invitent des conférenciers de haut niveau pour partager leurs expériences, offrant des opportunités de poursuivre des carrières dans des organisations internationales telles que les Nations Unies.

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img
spot_img

À lire aussi