23 C
Casablanca
vendredi 19 juillet 2024

IFC investit 200 M$ au Maroc

À lire aussi

l’IFC a dévoilé son intention d’investir un montant total de 200 millions de dollars dans quatre projets d’investissement. Ces projets visent à promouvoir la sécurité alimentaire, faciliter l’accès au financement, encourager l’agriculture durable et soutenir le secteur de la construction au Maroc ainsi que dans d’autres régions d’Afrique.

Les investissements sont les suivants :

  1. Un prêt de 106 millions de dollars consenti à l’Office Chérifien des Phosphates (OCP), le plus grand producteur mondial d’engrais à base de phosphate, destiné à financer son ambitieux programme de centrales solaires et contribuer à l’écologisation des systèmes alimentaires mondiaux ;
  2. Un mécanisme de partage des risques de 36 millions de dollars mis en place avec la Banque Centrale Populaire (BCP) et la Compagnie marocaine de goutte-à-goutte et de pompage (CMGP), une entreprise marocaine qui produit et distribue des systèmes d’irrigation, destiné à soutenir l’agriculture durable au Maroc, notamment dans la région touchée par le tremblement de terre ;
  3. Une prise de participation de 10 millions de dollars, en partenariat avec Mediterrania Capital, au capital du fournisseur de services financiers marocain CASHPLUS, dans le but de favoriser l’inclusion financière et l’accès aux services financiers dans le pays ;
  4. Un prêt vert de 45 millions de dollars octroyé au cimentier marocain Ciments de l’Afrique (CIMAF), visant à soutenir la production de ciment bas carbone en Afrique.

IFC a par ailleurs annoncé qu’elle fournira des services-conseils, en collaboration avec le Centre régional d’Investissement (CRI) de la région de Marrakech-Safi, afin d’évaluer l’impact du tremblement de terre sur l’économie locale et de prendre les mesures adaptées pour soutenir les entreprises touchées.

Ce soutien consultatif fait partie d’un programme de réponse plus large du Groupe de la Banque mondiale visant à mobiliser des financements et de l’expertise pour aider le Maroc à reconstruire et à rétablir les communautés touchées par le tremblement de terre.

« Ces investissements transformateurs soulignent notre engagement à mobiliser des capitaux privés et à encourager le développement durable au Maroc, conformément à la stratégie du gouvernement de promouvoir le secteur privé en tant que moteur de la croissancedéclare Makhtar Diop, directeur général d’IFC. Alors que nous commémorons nos 60 ans de partenariat avec le Maroc, IFC s’est également pleinement engagée à jouer un rôle central dans les efforts de redressement et de reconstruction du Royaume après le tremblement de terre du mois dernier. »

Citation de Nadia Fettah, ministre marocaine de l’Économie et des Finances, sur les efforts de redressement et le rôle du secteur privé

Au cours des six dernières décennies, IFC s’est associée au Maroc pour libérer le plein potentiel du secteur privé, aidant ainsi le pays à se positionner comme un centre de commerce, d’investissement et d’innovation de premier plan en Afrique.

IFC a été à l’avant-garde de l’innovation dans le secteur privé au Maroc, avec des transactions pionnières à l’instar du premier partenariat public-privé au monde dans le domaine de l’irrigation avec le ministère marocain de l’Agriculture, et du tout premier prêt commercial accordé à une collectivité régionale marocaine (Région de Casablanca-Settat) sans garantie souveraine.

Depuis 1962, IFC a collaboré avec plus de 100 partenaires des secteurs publics et privés au Maroc, mobilisant et investissant plus de 3,5 milliards de dollars dans des projets pour soutenir les petites entreprises, l’industrie, le secteur agroalimentaire, le développement des infrastructures ainsi que le secteur financier.

À propos d’IFC

La Société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement axée sur le secteur privé dans les pays émergents. Elle mène des opérations dans plus d’une centaine de pays, consacrant son capital, ses compétences et son influence à la création de marchés et d’opportunités dans les pays en développement. Au cours de l’exercice 23, IFC a engagé un montant record de 43,7 milliards de dollars en faveur de sociétés privées et d’institutions financières dans des pays en développement, mobilisant ainsi les capacités du secteur privé pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée alors que les économies font face aux répercussions de crises mondiales concomitantes. Pour plus d’informations, visitez www.ifc.org.

- Advertisement -

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img

À lire aussi