24.6 C
Casablanca
dimanche 14 avril 2024

L’Afrique du Sud coincée dans le « piège de la faible croissance »

À lire aussi

L’économie sud-africaine est coincée depuis plusieurs années dans le « piège de la faible croissance » qui s’est aggravée à cause de la Covid-19, a indiqué mercredi la fédération des entreprises sud-africaines, Business Unity South Africa (BUSA).

« Avec une croissance du PIB en berne, une formation de capital fixe stagnante et un revenu national brut par habitant en baisse, l’économie sud-africaine est coincée dans un piège de faible croissance », a déclaré BUSA dans une note publiée la veille du discours sur l’État de la nation (SONA) qui sera prononcé par le président Cyril Ramaphosa.

La fédération a également souligné qu’ »en raison des contraintes budgétaires, une crise sociale d’une ampleur sans précédent s’est déclarée en Afrique du Sud, la pauvreté devenant un défi croissant et le chômage atteignant des niveaux records ».

« Bien que la crise de la Covid-19 ait aggravé la situation, les défis fondamentaux du pays sont l’incapacité à atteindre une croissance économique suffisamment rapide au cours de la dernière décennie, ainsi qu’à mettre en œuvre les réformes structurelles nécessaires depuis longtemps », a-t-elle expliqué.

Elle a ainsi souligné que le SONA représente une occasion pour que le gouvernement reconnaisse la crise que traverse le pays et exprime sa disposition à co-développer une stratégie avec les partenaires sociaux en réponse à cette crise.

Le gouvernement est également appelé à reconnaitre que « la loi et l’ordre dans notre pays sont gravement compromis et que cela ne sera plus toléré », a ajouté BUSA, notant que les investisseurs doivent avoir la certitude que l’Exécutif a la capacité de faire respecter la loi dans le pays.

Par ailleurs, la fédération a mis l’accent sur la nécessité d’élaborer un plan d’action pour faire face à la crise des entreprises publiques, déterminer le rôle du secteur privé, répondre aux défis relatifs à la gouvernance et aux compétences et faire face à la crise énergétique actuelle.

- Advertisement -

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img
spot_img

À lire aussi