19.1 C
Casablanca
mardi 28 mai 2024

Le Maroc domine le secteur automobile en Afrique

À lire aussi

Le Maroc continue de renforcer sa position en tant que premier pôle de production automobile en Afrique, tout en se préparant pour l’ère des véhicules électriques, selon un article paru ce jeudi dans le quotidien britannique The Financial Times (FT).

Au-delà de la croissance constante du nombre de véhicules fabriqués au Maroc, dont la grande majorité est destinée au marché européen, ce qui revêt une importance particulière, comme le souligne The Financial Times dans un numéro spécial consacré à l’investissement au Maroc, c’est la réussite du Royaume à intégrer en amont sa chaîne d’approvisionnement automobile.

Le pays compte actuellement plus de 250 équipementiers automobiles, dont bon nombre sont des filiales de sociétés étrangères, et ils offrent des emplois à environ 220 000 personnes, indique le journal.

L’année dernière, le groupe Renault a indiqué qu’il s’approvisionnait au Maroc pour plus de 60 % des pièces de ses véhicules, dont la majeure partie est exportée, tout en s’engageant à porter ce taux à 65 %, détaille la même source.

Et de poursuivre qu’en 2010, le Maroc produisait moins de 60.000 voitures. L’année dernière, malgré les interruptions de la chaîne d’approvisionnement pendant la pandémie du Covid-19, la production a atteint le chiffre record de 465.000, au coude à coude avec la Pologne, selon la société de données CEIC. À terme, le gouvernement vise à produire jusqu’à 1 million de voitures par an.

« Aujourd’hui, il est beaucoup plus facile de produire une voiture au Maroc qu’il y a dix ans », affirme Faouzi Annajah, cofondateur du constructeur automobile à hydrogène NamX, au média britannique, qui ajoute que non seulement le Maroc dispose d’un groupe compétitif de fournisseurs automobiles et d’équipementiers, mais il produit également un flux constant d’ingénieurs marocains, dont 3.500 travaillent dans la seule ville de Casablanca, parmi lesquels de nombreuses femmes.

« La plus grande percée de l’industrie a sans doute eu lieu en 2012. C’est à cette date que Renault a commencé à produire des voitures dans une usine de Tanger située à proximité du complexe industriel Tanger Med et à quelques kilomètres de l’Espagne, avec une capacité de 400.000 véhicules. Il y a quatre ans, en 2019, Peugeot, qui fait désormais partie de Stellantis, a suivi l’exemple de Renault. Elle a ouvert une usine d’un coût de près de 600 millions de dollars à Kenitra, avec une capacité de 200.000 véhicules. En novembre dernier, Stellantis, qui fabrique la Peugeot 208 dans cette usine, a déclaré qu’elle investirait 300 millions d’euros supplémentaires pour doubler la production et la porter à 400.000 véhicules », détaille la publication.

Outre la poursuite de la croissance des chaînes d’approvisionnement locales, le prochain défi pour l’industrie sera de s’adapter suffisamment et rapidement à l’évolution des conditions réglementaires, notamment l’interdiction par l’UE de la vente de la plupart des véhicules à moteur à combustion interne à partir de 2035, note le quotidien.

Renault a déjà relevé qu’elle commencerait à produire des véhicules électriques à deux places au Maroc cette année. La marque Dacia, acquise par Renault en 1999, produira également sa nouvelle génération de Sandero, un véhicule 100 % électrique à batterie, dans le pays, fait savoir le FT.

La nouvelle gamme de Stellantis proposera de petites automobiles basées sur sa plateforme « Smart Cars » destinée principalement aux marchés émergents, y compris des véhicules électriques et renforcera également la production et l’assemblage de quadricycles électriques pour les marques Citroën et Opel, poursuit-on.

Et le Maroc se tourne désormais vers les usines de batteries électriques, conclut le média.

spot_img
- Advertisement -spot_img

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img
spot_img

À lire aussi

spot_img