25.5 C
Casablanca
dimanche 21 juillet 2024

L’invité du Nouvelliste Maroc : Adil Chaoui, directeur général de Chaoui Bois

À lire aussi

Interview : Adil Chaoui, directeur général de Chaoui Bois

  • Parlez-nous des réalisations de Chaoui Bois, quelle est l’étendue de votre activité ?

Chaoui Bois est une entreprise experte dans le domaine des bois et dérivés pour professionnels et particuliers, c’est-à-dire les métiers de la menuiserie, charpenterie, ébénisterie, etc.    

Grâce à notre expertise reconnue dans le travail du bois, nous sommes aujourd’hui une référence du bois au Maroc, accompagnant les plus grands chantiers nationaux et internationaux. 

Et pour assurer la meilleure expérience client possible, nous avons pensé à créer INEX by Chaoui Bois, qui se veut un espace de networking qui réunit les jeunes professionnels de l’architecture et de l’art, mais aussi un lieu pour initier des collaborations et des partenariats dont le but est de booster les métiers liés à la filière du bois, comme la peinture, l’architecture écologique, l’artisanat, etc. 

Nous accompagnons aussi les jeunes architectes, qui constituent les générations futures de cette profession en constante évolution, à travers des formations qualitatives et à haute valeur ajoutée. Ainsi, nous avons toujours considéré Chaoui Bois comme une maison à portes ouvertes pour les étudiants et les amateurs de l’art du bois qui souhaitent effectuer des stages ou apprendre à connaître ce métier passionnant.

  • Comment se porte le secteur du Bois au Maroc (activité, chiffres…) ?

Comme la plupart des secteurs d’activité, la crise du Covid a eu un impact majeur sur la filière du Bois. Au sein de « Chaoui Bois », il est vrai que les répercussions ne nous ont pas épargné, mais grâce à la mobilisation des équipes commerciales et surtout notre recours au digital, nous avons pu atténuer cet impact en dématérialisant tous nos processus internes comme externes.

Aujourd’hui, le secteur commence à revoir la lumière et affiche une hausse de 22%, selon la dernière note du HCP, relative à l’indice de la production industrielle du troisième trimestre 2022. Nous restons optimistes et pensons que cette année sera plus fructueuse pour la filière du bois. 

  • Avec la crise actuelle, quels sont les freins au développement du secteur ?

Dans le secteur du Bois, le frein majeur est le changement climatique, à l’origine de la sécheresse qui frappe le Maroc, ce qui fragilise de plus en plus les arbres et augmente le risque des incendies forestières. Sur ce point, j’aimerai faire savoir que contrairement à la croyance répandue sur laquelle il existe un lien de causalité direct entre l’utilisation du bois et la destruction des forêts, l’augmentation de l’usage du bois crée une contribution positive pour les forêts en les préservant et en augmentant leur étendue. 

D’autres obstacles sont liés à la méconnaissance de l’importance de l’innovation et la transformation digitale dans notre secteur d’activité. C’est pourquoi nous avons pris l’initiative de lancer, depuis le début de la crise sanitaire, des formations au profit des professionnels pour les inciter à mieux appréhender la filière du Bois et les sensibiliser à prendre le virage digital qui joue un rôle essentiel dans le développement du secteur. D’où d’ailleurs, l’idée de « INEX by Chaoui Bois » qui vise à encourager l’innovation dans l’écosystème du Bois, principalement l’architecture durable basée sur le bois, étant donné qu’il s’agit d’une ressource naturelle et renouvelable, réduisant ainsi les niveaux d’oxyde de carbone émis dans l’atmosphère et contribuant à ralentir le rythme du changement climatique. 

  • Quelle est la stratégie de développement de l’entreprise ?

Une entreprise innovante, responsable et engagée, tels sont les 3 piliers majeurs de notre stratégie de développement au sein de « Chaoui Bois ». En témoigne la création de « INEX by Chaoui Bois » pour accompagner les jeunes architectes à travers des formations qualifiantes et continues, axées sur la digitalisation, ainsi que les tendances qui façonnent l’architecture de demain, à savoir l’architecture durable, mais aussi valoriser la culture artistique de la ville de Salé et favoriser son économie artisanale. 

Depuis plus de 33 ans d’existence, nous avons choisi d’assurer ce développement en restant fidèles à nos valeurs, telles que la rigueur, l’audace et le sens du service.  

  • Vous avez lancé le premier espace de networking au Maroc et en Afrique, quelle est votre finalité ?

C’est un espace de networking mais aussi un showroom pour mettre en avant les créations des architectes et des artistes. L’objectif est de créer un écosystème avec une vision qui intègre le regard d’artiste dans les conceptions architecturales et d’offrir aux jeunes architectes un lieu de rencontre qui inspire la créativité et l’expression personnelle. 

L’idée est venue afin de donner un coup de pouce aux menuisiers, ébénistes et peintres durement touchés par la crise du Covid-19. Et ce, en initiant des collaborations entre les jeunes architectes et les artistes et en leur offrant un espace d’exposition gratuit qui valorise la culture artistique de la région Rabat-Salé.

  • A quel besoin répond ce lancement ?

Ce lancement répond à deux besoins : le premier qui est de promouvoir l’économie artisanale de la ville de Salé, berceau d’artisans talentueux qui ont besoin d’un endroit pour faire la promotion de leurs œuvres d’art et rencontrer des professionnels pour de futures collaborations. Le deuxième est d’aider les jeunes architectes à se doter d’un environnement propice au travail et à l’inspiration, d’une superficie de 900 m2 qui comprend un espace d’exposition, un espace de coworking, une cafétéria, une salle de réunion et une salle de détente, en plus de tous les outils de dernière génération dont ils auront besoin (imprimante 3D, traceur…). 

  • Quels sont vos objectifs en termes de nombre de jeunes accompagnés ?

Nous comptons accompagner un maximum de jeunes marocains, qu’ils soient jeunes actifs ou étudiants, sachant que nous accompagnons depuis des années une centaine de jeunes à travers des formations en lien étroit avec les besoins réels du marché. 

Et parce que nous avons de plus grandes ambitions en termes d’accompagnement, nous avons pensé à créer cet espace qui propose aux architectes et aux étudiants des formations axées sur le digital, qui occupe aujourd’hui une large place dans le métier de l’architecte. 

  • Comment jugez-vous le développement de l’économie artisanale au Maroc ?

Il faut savoir que l’artisanat est après l’agriculture, le deuxième secteur créateur d’emploi au Maroc. C’est une économie importante pour le développement du Royaume, c’est pourquoi elle fait partie intégrante des priorités stratégiques de « INEX by Chaoui Bois », consacrant ainsi cet espace à ouvrir la voie à des collaborations fructueuses entre les artisans et les professionnels pour contribuer, à notre échelle, au rayonnement de l’artisanat marocain.   

  • Concrètement, comment allez-vous accompagner les jeunes professionnels ?

Les jeunes professionnels bénéficieront d’un espace de travail dans un cadre exceptionnel en productivité avec des outils de dernière génération dans le domaine de l’architecture. 

Nous sommes également conscients du rôle important de l’accompagnement en début de carrière pour les jeunes diplômés, c’est pourquoi nous proposons des formations sur différentes thématiques, comme l’expression des couleurs, des formes et de la lumière en architecture, assurées par nos artistes et experts de renommée nationale et internationale. 

Ces formations seront également axées sur le digital et les tendances qui dessinent l’architecture de demain, principalement l’architecture écologique et durable. 

 

- Advertisement -

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img

À lire aussi