16.8 C
Casablanca
mardi 21 mai 2024

Neo Motors sur la voie de la Bourse de Casablanca

À lire aussi

Pour financer son développement et le passage à la production de véhicules électriques, Neo Motors envisage une IPO à la Bourse de Casablanca. Le premier constructeur automobile marocain est également en pourparlers avec la Banque africaine de développement sur d’autres options de financement. Le constructeur automobile marocain Neo Motors vise une introduction à la Bourse de Casablanca.

L’objectif ?

Financer son développement et le passage vers la production de véhicules électriques. «Nous voulions fabriquer une voiture pour le peuple, tout comme Volkswagen l’a fait il y a un siècle. Nous avons fabriqué notre propre carrosserie, notre propre système de châssis et de câbles électriques et nous nous approvisionnons pour le reste auprès de 43 fournisseurs locaux. L’industrie automobile est avide de liquidités. C’est donc naturellement qu’une introduction à la bourse de Casablanca fait partie de nos objectifs», a déclaré Nassim Belkhayat, PDG de Neo Motors à un média international.

Neo Motors, fondée en 2017, affiche une capacité d’assemblage de 3.000 unités par an de son premier modèle de véhicules automobiles et souhaite augmenter ce nombre jusqu’à 15.000 véhicules par an d’ici trois ans tout en introduisant des modèles électriques, explique Belkhayat qui révèle que Neo Motors est en pourparlers avec la Banque africaine de développement sur d’autres options de financement.

Neo Motors a déjà obtenu des prêts auprès de banques marocaines pendant la pandémie de Coronavirus pour contribuer à financer son investissement d’environ 50 millions de dirhams (dans son usine d’Aïn Aouda). Ce projet a particulièrement progressé lorsque Peugeot a commencé à fabriquer des moteurs dans sa nouvelle usine de Kénitra, fournissant ainsi un composant local à un prix compétitif que les constructeurs automobiles devaient auparavant importer.

Les futurs emprunts devraient financer les travaux d’extension et d’acquisition d’équipements programmés par le constructeur. Le tout pour accompagner «le lancement de nouveaux modèles, en perspective d’atteindre 27.000 véhicules produits», avait déclaré Belkhayat au «Matin». Le budget prévisionnel pour l’extension avoisine les 110 millions de DH, qui s’ajouteront aux 45 millions de DH investis durant la phase de lancement. Rappelons qu’actuellement, le site d’Ain Aouda s’étale sur 5.000 m² construits sur une assiette foncière de deux hectares. Le premier modèle qui y est construit est un SUV citadin trois portes dont le prix varie entre 165.000 et 195.000 DH selon la motorisation : un 3 cylindres 82 chevaux et un 4 cylindres 115 chevaux, moteur thermique essence.

spot_img
- Advertisement -spot_img

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img
spot_img

À lire aussi

spot_img