Accueil Business Conseil de BAM: un nouveau statu quo attendu sur le taux directeur

Conseil de BAM: un nouveau statu quo attendu sur le taux directeur

Un nouveau statu quo est attendu sur le taux directeur lors du prochain Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM), a indiqué, mardi à Casablanca, la directrice Equity & Market de BMCE Capital Global Research (BKGR), Dounia Filali.

Intervenant lors de la première conférence de la 5e édition du Cycle de webinaires annuel sur les résultats et perspectives des sociétés cotées, organisé par la Bourse de Casablanca et l’Association professionnelle des sociétés de Bourse (APSB), Filali a expliqué le maintien du taux directeur par « la situation économique actuelle marquée par un ralentissement de la croissance et une décélération de l’inflation ».

Had l3otla, @Samia_akariou twe7chat Oujda w nawa7i 🤩

Et d’ajouter que le taux de croissance économique devrait s’améliorer au cours des prochaines années pour atteindre 6% à l’horizon 2035, soutenu par des projets d’infrastructure et l’avènement de la CAN 2025 et la Coupe du monde 2030.

Dans son intervention sur le sujet « Potentiel de croissance vs croissance réelle, à quand la transmission ? », l’experte a relevé que les exportations continuent leur accroissement, avec un déficit commercial représentant environ 20% du PIB et des réserves de change confortables à 360 milliards de dirhams.

En parallèle, elle a soulevé que l’industrie marocaine a connu une évolution remarquable, passant d’une économie axée sur des secteurs traditionnels à une diversification vers des industries à plus forte valeur ajoutée.

En outre, Filali a fait observer une reprise de la demande interne, soutenue par l’atténuation des pressions inflationnistes, le renforcement du pouvoir d’achat avec le lancement des aides aux ménages (sociales et de logement) et l’augmentation des revenus des entités économiques.

Dans l’ensemble, a-t-elle dit, malgré les défis économiques et sociaux, le Royaume démontre une résilience remarquable et une capacité à transformer son économie pour s’adapter aux exigences du marché mondial, ce qui le positionne sur une trajectoire de croissance durable à long terme.

Dans un autre sillage, le responsable analyse et recherche de la société de bourse MSIN, Naoufal Aouragh, a indiqué dans son intervention sur « Secteur cimentier : LafargeHolcim & Ciments du Maroc », que MSIN escompte pour les cinq prochaines années, une croissance annuelle moyenne des ventes de ciments de 4,8%, pour atteindre 15,8 millions de tonnes en 2028.

S’agissant des sociétés cotées dans le secteur, Aouragh a fait savoir que LafargeHolcim a affiché une croissance de 2,8% de son chiffre d’affaires en 2023, soutenue par une augmentation des exportations vers les pays africains et une optimisation des coûts de production.

Pour sa part, Ciments du Maroc, deuxième capitalisation du secteur, a traversé deux années difficiles (2022 et 2023), mais devrait bénéficier d’un contexte économique plus favorable à partir de 2024, a-t-il noté.

Par ailleurs, Aouragh recommande de conserver les deux titres dans les portefeuilles d’investissement, avec des objectifs de cours suggérés à 2.171 dirhams pour LafargeHolcim et 1.954 dirhams pour Ciments du Maroc, moyennant des analyses approfondies basées sur des méthodes de valorisation.

Ce cycle de webinaires s’inscrit dans le cadre des actions menées par la Bourse de Casablanca et l’APSB pour promouvoir le marché, en mettant la lumière sur des sujets qui intéressent aussi bien les sociétés cotées que les investisseurs.

Quitter la version mobile