24.6 C
Casablanca
dimanche 14 avril 2024

Parution de « L’Atlas du patrimoine architectural de Casablanca »

À lire aussi

L’Agence urbaine de Casablanca a publié récemment, en langues française et arabe, « L’Atlas du patrimoine architectural de Casablanca ». L’ouvrage de 377 pages est considéré comme l’une des publications glorifiées les plus importantes de l’histoire de l’urbanisme et de l’architecture dans la capitale économique du Maroc, selon une note de présentation. Il est le premier du genre, regroupent photos et documentation topographique, avec des études analytiques spécialisées dans les domaines de l’histoire et de l’architecture, ce qui en fait une référence unique en matière d’équité et de protection de la mémoire architecturale de la ville. Il constitue aussi une référence incontournable pour les chercheurs dans le domaine de la construction de la ville, l’histoire de tous ses quartiers et les références des écoles d’ingénieurs qui ont produit son élan architectural.

« L’Atlas du patrimoine architectural de Casablanca » est un important travail documenté, réalisé en français par Jean-Louis Cohen, un des grands architectes qui a publié de nombreux livres et publications sur l’histoire de l’urbanisme et de l’architecture de Casablanca, l’architecte Tarek Oualalou qui a réalisé d’importants travaux d’ingénierie en France, au Maroc et dans des pays asiatiques, dont le dernier était le pavillon du Maroc à l’Expo 2022 de Dubaï, et l’architecte Bernard Toulier, expert international dans le domaine de l’architecture moderne et contemporaine. L’ouvrage, qui a été traduit en langue arabe par l’écrivain marocain Lahcen Laassibi, est composé de sept chapitres principaux, très riches au niveau des images, des cartes et des informations techniques d’ingénierie. Il comprend aussi des études analytiques et historiques très importantes, traitant des méthodes d’écriture architecturale de Casablanca, de l’histoire de l’architecture de la ville ancienne et de l’histoire de l’architecture de la ville nouvelle, et des étapes d’achèvement et de construction des quartiers des années 40.

Il met en évidence les points de repère distinctifs de la ville, dont l’ancien bâtiment du marché du gros et la centrale électrique, et détaille l’histoire de la naissance et du développement des grands quartiers de la ville dont Hay Mohamadi, sur les plans architectural et technique.

La spécificité de cet Atlas réside dans le fait qu’il fournit un inventaire audité des grands architectes qui ont travaillé à Casablanca, les histoires de leurs édifices, les courants d’ingénierie auxquels ils appartiennent, les détails des formes d’architecture et les raisons d’un certain nombre de leurs choix urbanistiques.

- Advertisement -

L'invité du Nouvelliste Maroc

spot_img
spot_img

À lire aussi